La bogue s'est envolée et est devenue Luciole en cette fin d'année 2013 !

 

L'aventure continue sur un territoire élargi et avec une équipe motivée et dynamique. Nous vous invitons à nous rejoindre sur le site : http://www.monnaie-locale-lucioles.org

 

pour découvrir l'acualité de la luciole et la liste des presttataires...

 

Bonnes fêtes de fin d'année et à l'année prochaine pour de nouvelles aventures de lucioles...

l'équipe du collectif de gestion.

 

--------------------------------------------------------------------

 

La Gazette de la Bogue

 

L’internet des Bogueuses (.rs) version papier.

 

Grand bonjour et bonne année ! Alors que l’Euro se délite sous le spectre de la dette et le courroux des agences de notation, la monnaie locale se porte à merveille ! Bien ancrée dans l’économie réelle, elle enregistre une constante et saine progression du nombre de ses adhérents (toutes proportions gardées…c’est quand même plaisant à dire !) Cependant, si les bogues circulent bien sur les marchés locaux, de grands défis restent devant nous. La bogue n’a pas fini de forger son caractère : le moment est venu de faire vivre au-delà de la charte, ses valeurs !

 

La Bogue sera une monnaie sociale quand les femmes et les hommes qui l’utilisent auront les uns pour les autres, le soucis d’une vie digne et d’une existence heureuse. Ceci dit, et au regard de cet objectif terriblement ambitieux, nous sommes en mesure de planifier la première de nos priorité: faire connaissance !

 

Disponible chez les prestataires, « la gazette de la Bogue » a été conçue comme un bloc note, une boite à idées, un blog ou un forum. Tout(e) Bogueur (euse) est invité(e) à laisser, en allant faire ses courses chez un prestataire une petite note : une remarque, une idée, une envie… Nous les diffuserons dans la prochaine gazette. Vous pouvez également vous exprimer sur le site internet ou le facebook de la Bogue. Les échanges les plus intéressants seront résumés sur ce papier, aussi pour que ceux d’entre nous qui n’ont pas internet ne soient pas lésés. Pour être dynamique et ascendante la bogue a besoin des avis de tous ses membres. Nous devons inventer des outils de communication et d’organisation qui permettront à chacun de participer à faire vivre la monnaie locale avec un minimum d’effort pour un maximum… de plaisir partagé ! La gazette est là pour ça, alors n’hésitez pas.

 

 

« Sachant que nous n'en avons pas fini avec les déboires d'une économie inhumaine, nous avons tous intérêt à nous organiser, et forcer le destin par la pratique de cet outil transversal.

La Bogue nous appartient, elle ne se fera pas sans nous… invitons chacun un voisin pour confirmer l'essai 2011. » Bertrand

 

« Toute prise de conscience doit partir de l'individu.

c'est le principe même d'un mouvement 'ascendant'. »Brigitte

 

« En cette période pré-électorale, et alors que le monde traverse une crise économique, sociale et environnementale sans précédant, il importe d’être visionnaire, innovant et d’oser sortir des sentiers battus. Comment nos élus préparent-ils notre territoire aux bouleversements en cours ? Sont-ils préts à promouvoir des initiatives ambitieuses pour dynamiser l’économie locale ?... Dans cette gazette leurs avis nous intéressent, nous publierons leurs réponses. » Baptiste

 

Nous avons participé cette année comme membres fondateurs à la 3ème rencontre des Monnaies locales complémentaires à Villeneuve sur Lot où L'Abeille fonctionne avec succès depuis 3 ans. Nous avons pu rencontrer 40 MLC de régions différentes en projet ou déjà en place. Dans les différents travaux nous avons proposé qu'un lien d'échange se mette en place entre déjà les monnaies géographiquement voisines. Un accord semble se mettre en place avec La Mesure MLC du Bassin Romans-Bourg de Péage où nous sommes invités à leur AG. Nous avons fait la même proposition à La Luciole MLC du Bassin Joyeuse-Les Vans mais aucune suite n'est donnée jusqu'à aujourd'hui.

Infos pratiques :

 

Où trouver des Bogues ? A l’épicerie chez François de Vinezac, au Bar couleur Café d’Aubenas et au local de la Bogue à Vals les bains, au 82 bis avenue Jean Jaurès

 

La fonte est opérationnelle depuis le 1er juillet 2012. A cette date, tous les billets ont été revalidés par l'apposition d'un timbre. Cette opération a été menée à bien grâce aux comptoirs d'échange et aux prestataires. Nous sommes à votre entière disposition afin de vous accompagner dans cette petite formalité, n’hésitez pas à nous contacter : tel 04 75 37 35 93 / labogue@hotmail.fr

 

Les prestataires qui voudraient en dehors des comptoirs de change convertir leurs bogues en euros  peuvent joindre notre trésorière Danièle BALAY au 04 75 94 00 25 (Tous les jours ouvrables pour un échange sous 48 heures)

 

Les rendez-vous conviviaux : Vous et vos amis aimeraient mieux comprendre la monnaie locale, dans un lieu qui vous ressemble : Invitez les donc à une rencontre d’informations. Un membre averti de la bogue viendra partager son expérience.

 

la guazette de la Bogue.doc
Document Microsoft Word 36.5 KB

 

 

 

Pour sa première plénière, l'association « La Bogue » n'a pas attiré une foule de curieux malgré ses 90 adhérents et ses nombreux sympathisants. Il a été décidé de conserver le prix des adhésions 2012 à 10 euros et pour les anciens adhérents à prix libre. La fonte ( perte de valeur) ne se fera pas tous les 3 mois comme prévu initialement mais tous les 6 mois pour des raisons pratiques. Elle sera appliquée à partir du 1er juillet 2012 cependant des timbres seront accolés au dos des billets dès le 1er janvier sans perte de valeur. Pour le 1er semestre, la fonte et la reconversion seront gratuites.

Vous pourrez changer vos euros en bogues prochainement à l'épicerie bar « Chez François » à Vinezac, à « Couleur Café », au local à Vals ainsi que sur le marché d'Aubenas le samedi matin.

La Bogue n'est pas la monnaie d'un individu, d'un parti, d'un groupe écologiste, d'une religion ou dogme, elle appartient à tous les habitants du bassin de vie « Aubenas-Vals »qui souhaitent retrouver le véritable rôle de la monnaie: l'Echange.

 

1er plénière de l’association « La Bogue »

 

Le 5 Décembre 2011

La Chapelle sous Aubenas

 

Objets de la rencontre :

 

  •  Etat des lieux de l’association et de la monnaie au 5 Déc. 2011.

 

  •   Cooptation des nouveaux membres du collectif de gestion et des membres fondateurs. 
  • Mise en place des Collèges des Prestataires et des Utilisateurs 

 

  • Montant et modalités des adhésions pour 2012 

 

  • Ouverture de nouveaux comptoirs de change 

 

  • Débat sur la mise en place ou non d’un taux de reconversion pour 2012 (Prestataires) 

 

  • Débat sur la mise en place de la fonte dès le 1er Janvier 2012 :

 

  • Quel taux et quelle durée ?
  • Gratuite ou non les 2 premiers trimestres ?
 

 

  • Relations avec les collectivités du Bassin de Vie Aubenas / Vals les Bains

 

La Bogue : une expérimentation sociale

 

Au fur et à mesure du projet de monnaie locale complémentaire (« papier » et convertible en Euro) sur le bassin de vie Aubenas Vals Les Bains, nous prenons de mieux en mieux conscience que ce projet est une « expérimentation sociale » car il s’agit d’une part de « faire pour » ou de « faire avec » plutôt que de « faire contre » et, d’autre part, ce « faire », il s’agit de le « faire ensemble », entre participants d’un même territoire, lui-même défini au fur et à mesure de son exploration, et de le faire par la base, dans un élan bottom-up : bref, « faire de la politique », mais autrement.

Une monnaie complémentaire, est donc un projet qui replace l’« éthique » avant l’économie : le projet est porté par une association, La Bogue, qui va émettre des billets, la Bogue, avec l’objectif de ne pas refaire ce que fait l’Euro. Dit plus directement, l’Euro n’a pas d’odeur, c’est du « fric » qui accepte d’être un moyen d’échange n’importe où, avec n’importe qui, pour n’importe quoi. Le même Euro qui peut permettre aujourd’hui d’acheter  une pomme bio produite localement par un jeune producteur en installation peut très bien permettre demain de rémunérer au noir un travailleur exploité à produire dans des conditions sanitaires indécentes des produits inutiles.

 

La réappropriation éthique de la monnaie passe par un triple refus : du n’importe où, du n’importe qui, du n’importe quoi. Pour la Bogue, qui, où et quoi c’est au contraire très « important » ; cela « importe » du sens dans le mécanisme de la Bogue. D’où par exemple un mécanisme de « fonte » trimestrielle de 2%.

Ce triple refus est un triple choix : du qui, du où, du quoi. Donc la Bogue, ce ne sera pas avec n'importe qui mais seulement dans le réseau des commerçants, associations, artisans, agriculteurs "éthiques", qui se seront engagés au moyen d’une Convention qui a une double face : la face technique du « comment » et la face éthique du « pourquoi ». Donc la Bogue ce ne sera pas n'importe où mais seulement sur le bassin de vie Aubenas Vals Les Bains .

Donc la Bogue ce ne sera pas pour n'importe quoi : car ce sont bien les produits échangés et les prestations fournies avec de la Bogue qui vont lui donner son sens ; en elle-même, la Bogue n'est qu'un moyen, cela veut dire qu'à elle toute seule, elle ne suffit pas pour « donner du sens ».

 

La Bogue joue ainsi le rôle d’un label, d’un « signe de reconnaissance », qui permet de reconnaître qui, où et quoi accepte de remettre l’économie au service du social, sans sacrifier ses responsabilités écologiques, dans le respect de l’humain et du citoyen. En passant devant un magasin qui affichera son acceptation de la Bogue, le client pourra se dire qu’il peut aussi se conduire en citoyen et on peut espérer qu’il sera de plus en plus incité à donner sa  préférence, au moment de faire le choix d’un achat, aux autres prestataires qui font vivre le même réseau. C’est là que le mécanisme de la Bogue – elle n’est valable qu’à l’intérieur d’un réseau – permet à chacun de retrouver de la responsabilité : en redonnant à chacun la maîtrise du qui, du où et du quoi.

 

Il aurait été plus simple de réduire la Bogue à une simple carte de fidélité ou de se contenter de rester entre producteurs bio et consommateurs bobos. La Bogue a choisi tout au contraire de tenter une expérimentation sociale « sur la crête », une « espérience ».